Pierre Rabhi : « La COP21 manipule l’opinion »

La première nécessité est d’analyser où se trouve désormais l’autorité. La finance s’est accaparée cette autorité et cette toute-puissance dans le monde. De ce principe d’argent roi, concentré dans les mains d’une caste qui décide, se trouve les limites du pouvoir politique. Les responsables, pourtant élus, ont ainsi un espace de décision mince. Par ailleurs, au sein même de la sphère politique, la question climatique est substituée, depuis de nombreuses années, à d’autres priorités, à l’instar du chômage. La question du climat passe également au second plan lorsque les luttes politiques, où triomphe parfois la démagogie aux dépens du réalisme, prennent le dessus, avec pour dessein de répondre à une logique personnelle de réélection électorale. Pourtant, face à ces blocages, nous pourrions commencer à modifier la société dès demain.

Lire la suite sur La Tribune

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s