Qui sont les consommateurs bio ?

Bio à la Une, le 1er salon bio sur Internet, a lancé son enquête annuelle pour cerner le profil de consommateur bio et ses habitudes d’achat. Portrait-type.

le_bio_toujours_en_progres_9_francais_sur_10_sont_seduits

Un fort potentiel de développement

En terme de produits, les fruits & légumes sont les plus fortement plébiscités par les consommateurs (93 %), suivent les produits frais (79,43 %) et l’épicerie (76 %). Si le prix reste un des freins à la consommation de produits bio, ils sont 25 % à comprendre les tarifs élevés. En revanche, pour consommer plus, ils pensent à 66 % que les prix devraient se réduire, 48,2 % veulent une offre plus étendue et le même nombre souhaite davantage de points de vente. Le développement de la filière offre donc encore un fort potentiel car 50 % des répondants affirment encore acheter en majorité des produits conventionnels.

Lire la suite sur LSA Commerce & Consommation

En colère, un Lot-et-Garonnais paye ses impôts avec des chèvres, un lama et une vache

Mickaël Artamonoff, exploitant de l’Arche de Noé à Gaujac, près de Marmande, a voulu marquer les esprits ce jeudi matin. Sous la pression fiscale, il va devoir abandonner son projet.

lili-la-vache-jersiaise-et-tao-le-lama-ont-du-attendre-au_3440274_800x600p

Lili, la jersiaise, Tao le lama et Caramel, Réglisse et Nougat les chèvres des Pyrénées. C’est un curieux cortège qui a accompagné, ce jeudi, Mickaël Artamonoff au centre des impôts de Marmande. Le jeune agriculteur a fondé en septembre 2013 son Arche de Noé à Gaujac. Un beau projet puisqu’il s’agit de faire cohabiter des races anciennes et donc de participer à la conservation de ces espèces.

Mickaël Artamonoff reçoit même les écoles pour des ateliers pédagogiques. Las, le jeune homme a vu s’effondrer peu à peu son rêve, sous la pression fiscale. Alors pour marquer le coup et les esprits, Mickaël Artamonoff a décidé de payer avec ses animaux.

« On me demande de régler des impôts sur une année entière alors que je n’ai commencé mon activité que le 3 septembre 2013. J’ai investi toutes mes économies pour créer mon exploitation, soit plus de 200 000 euros, rien que pour l’achat de la maison, et aujourd’hui, je suis contraint de vendre mes reproducteurs pour pouvoir payer ce que me demandent les impôts. »

Une visite un peu salissante au centre des impôts de Marmande qui n’a pas vraiment fait rire le directeur des lieux qui a fait appel aux forces de l’ordrepour faire sortir l’importun.

Lire la suite dans Sud Ouest.

 

Les atouts du cacao cru

Bientôt prêts pour la journée du chocolat ? C’est un peu ce qu’est devenue la fête de Noël. Une une fête d’obligation… à la consommation de chocolat. D’ailleurs, on vous ment quelque peu lorsqu’on vous dit que le chocolat est bon pour la santé. Ce n’est pas lui qui est bon, mais le cacao. Grosse nuance.

Alors le cacao est : riche en fibres, donc bon pour le système intestinaln ; il est un des aliments les plus riches en antioxydants ; il est aussi riche en magnésium, avec un effet direct sur le stress et la sécrétion d’endorphines. Chez les Aztèques, le cacao est réputé pour ouvrir le cœur. C’est même «l’aliment des dieux ».

L’idéal pour profiter de tous les bienfaits de ce super-aliment est de choisir du chocolat qui en contient un maximum : 90 %, 100 %, si cela reste un plaisir pour vos papilles. Car l’amertume, une saveur avec laquelle nous avons du mal aujourd’hui, sera au rendez-vous dans ces tablettes intégrales. De mon côté, c’est la 100% de Moulin des Moines qui a trouvé le chemin le plus direct vers mon sac de courses.

Mieux : le cacao, quand il est cru, c’est-à-dire non chauffé, permet une assimilation optimale de ses nutriments.
Lire la suite sur BIO INFO

Géopolitique et politique agricole russe : enjeux de l’agriculture biologique en Russie

Le président russe Vladimir Poutine, qui a interdit les OGM sur tout le territoire russe en septembre 2015,  veut faire de la Russie le premier exportateur mondial de produits biologiques et naturels, alors que fin novembre, la Commission Européenne vient d’autoriser 19 nouveaux OGM dans l’Union Européenne. Jeudi dernier, devant le parlement russe, il a  appelé le pays à devenir complètement autonome dans la production alimentaire d’ici 2020, notamment en agriculture biologique.

RIAN_02285621.LR.ru

«Nous sommes non seulement en mesure de nourrir nous-mêmes en tenant compte de nos terres, nos ressources en eau – la Russie est en mesure de devenir le plus grand fournisseur mondial d’aliments sains, écologiquement propres et de haute qualité que les producteurs occidentaux ont depuis longtemps perdu, surtout compte tenu du fait que la demande pour de tels produits sur le marché mondial ne cesse de croître », a déclaré M. Poutine, devant le Parlement russe jeudi.


Modèle agricole et anthropologie nationale

Cette phrase a une grande importance. En effet, après avoir pratiqué pendant près d’un siècle une agriculture industrielle, anti-sociale, polluante, dégradant les sols, érodant les ruralités, cassant les constitutions communautaires enracinées en même temps que les constitutions pédologiques des terroirs, les régimes occidentaux de l’Union Européenne peinent à conduire une politique sérieusement engagée dans l’agriculture biologique. Moins en raison des moyens qui demeurent considérables, notamment en matière de communication – il existe en France, en Allemagne, en Espagne, des modèles d’agriculture massive et industrielle labelisées « bio » – mais plutôt en conséquence d’une profonde rupture anthropologique et spirituelle dans les sociétés occidentales modernes. Le vrai retard que nous avons, face à la Russie, est vraiment politique et donc spirituel. Deux aspects de la vie humaine sur lesquels les masses dispersées et individualistes de l’Occident n’ont plus de prise, par refus ou faiblesse d’âme.

04_Millet_ANGELUS-webblog-3

Le modernisme dans les pratiques de l'agriculture conventionelle, indutrielle et chimique, est très lié à l'esprit américaniste qui a imprégné les générations paysannes d'après-guerre. Leurs héritiers sont encore jusqu'à nos jours, dans les lycées agricoles, extrêmement influencés par ce modèle en bout de course. Du paysan, de l'agriculteur, on est passé à l'exploitant. Ce qui s'observe également dans les comportements et les habillements. On est passé de la tenue de travail simple et digne au mauvais gout américain d'aujourd'hui, casquette de trucker, canette de Red-Bull, jeux vidéos et hystérie matérialiste.

Le modernisme dans les pratiques de l’agriculture conventionelle, indutrielle et chimique, est très lié à l’esprit américaniste qui a imprégné les générations paysannes d’après-guerre. Leurs héritiers sont encore jusqu’à nos jours, dans les lycées agricoles, extrêmement influencés par ce modèle en bout de course. Du paysan, de l’agriculteur, on est passé à l’exploitant. Ce qui s’observe également dans les comportements et les habillements. On est passé de la tenue de travail simple et digne au mauvais gout américain d’aujourd’hui, casquette de trucker, canette de Red-Bull, jeux vidéos et hystérie matérialiste.

De fait, le modèle agricole conventionnel en Occident est largement tributaire du crédit bancaire, de la spéculation financière internationale, du système de subventions inégalitaire de l’Union Européenne, des normes toujours plus couteuses et exigeantes, des syndicats agricoles dominés par le grand patronat de l’agroalimentaire. Tributaire, surtout, des consommables, engrais de synthèse, compléments alimentaires issus de la grande industrie agro-chimique que sont contraints de payer année après année les exploitants engagés dans ce modèle et refusant d’en sortir. Certes, l’agriculture biologique gagne chaque année en parts de marché et en nouveaux producteurs, en France comme en Allemagne. Mais après avoir brisé l’anthropologie paysanne traditionnelle, la société matérialiste, individualiste et libérale a perdu énormément de spontanéité dans les pratiques agricoles et rurales. Il faudra beaucoup de temps afin que dans ces sociétés occidentales éclatées, de nouvelles communautés familiales solides ne reconstituent naturellement ce tissu social.

Le grand ingénieur belge Yannick Van Dorne, qui a remis au gout du jour les techniques simples et écologiques de l’électroculture et de la magnétoculture, parle régulièrement dans ses conférences des blocages mentaux qui ont été imposés dans l’agriculture en France, que ce soit au niveau de la recherche, de la pratique ou de la politique. Il explique également qu’en Russie, comme dans certains pays africains ou orientaux, il existe un plus vaste engouement scientifique, politique et social pour les techniques de l’agriculture traditionnelle et biologique.

jpg_agriculture_malienne-610x457

De fait, pour ces pays dits « en développement« , grand est l’attrait des politiques comme des citoyens vers une agriculture très diversifiée, naturelle, biologique, contribuant à reconstituer des écosystèmes parfois détruits par l’agriculture coloniale, communiste ou capitaliste, permettant aux familles et aux communautés villageoises encore très traditionnelles de conserver leur mode de vie tout en en travaillant et en contribuant efficacement à la prospérité sociale et économique de leur pays et de leur état. Dans ces pays, le modèle de la petite ferme, familiale et artisanale, mais hyperproductive, n’est pas dogmatiquement opposée à la grande structure de production animale ou céréalière comme ce fut le cas jusqu’à très récemment en France, par exemple. Ces pays, qui ont conservé mieux que nous leur anthropologie naturelle, sont en conséquence, structurellement plus aptes à organiser une agriculture efficace, saine et productive en se fondant sur les petites structures communautaires et familiales, sur la diversité naturelle de ces ruralités.


Géopolitique de l’agriculture russe

« Il y a dix ans, nous avons importé près de la moitié de la nourriture  et nous étions dépendants des importations. Aujourd’hui, la Russie est parmi les exportateurs. L’année dernière, les exportations russes de produits agricoles se sont élevées à près de 20 milliards $ . Un quart de plus que le chiffre d’affaires de la vente d’armes, ou soit un tiers des recettes provenant des exportations de gaz « , a ajouté Poutine.

Comme en diplomatie internationale, la patience russe est enfin payante en agriculture. Totalitaire et inefficace sous le régime communiste puis sous l’oligarchie de Boris Elstine, la politique agricole russe est une autre réussite à mettre au compte de Vladimir Poutine. Or, il est intéressant de voir à quel point ce sujet revêt une importance centrale dans la prospérité économique d’un pays, mais aussi dans sa capacité de projection internationale.

arton4901

Nous l’avons observé cet été. Les invraisemblables sanctions économiques que l’Union Européenne avait prétendu vouloir imposer à la Russie ont eu des conséquences graves et quasi-immédiates pour l’agriculture française en particulier et pour les producteurs de l’UE très industrialisés, tels l’Allemagne, les Pays-Bas, l’Espagne, la Pologne ou les États-Unis, qui étaient le second exportateurs de produits agricoles en Russie, tout juste derrière l’Allemagne et la Pologne. La réponse politique de Vladimir Poutine, l’embargo russe sur les matières premières alimentaires en provenance de l’Union Européenne (mais aussi des États-Unis et de l’Australie), a sonné le glas d’un certain modèle d’agriculture industrielle et chimique imposée depuis maintenant de nombreuses décennies en Europe. L’embargo russe sur les produits de l’UE, imposé pour une période d’un an reconductibles, démontre aussi l’importance qu’accorde le gouvernement russe à la question du soutien à son agriculture et au développement en particulier d’une agriculture saine et biologique.

En octobre 2015, le ministre français de l’agriculture, Stéphane Le Foll, a reconnu que les conséquences de la politique arrogante de l’UE envers la Russie avaient déjà couté, en l’espace de quelques mois, plus de 280 millions d’euros à l’agriculture française. Il avait alors ajouté :

 » L’effet de l’embargo russe sur les produits alimentaires a été un déclin général des prix sur le marché européen en raison d’une offre trop importante. En conséquence, il est difficile d’estimer l’ampleur exacte des dégâts, qui varient énormément selon les filières. »

Ces dernières semaines, la tension est montée d’un cran en Syrie après que les autorités russes aient révélé au monde entier la participation du régime turc au trafic de pétrole syrien en collaboration avec l’état islamique. L’acte criminel dont s’étaient rendus coupables les gouvernementaux turcs en laissant leur aviation abattre un chasseur russe qui patrouillait au dessus de ces zones de trafics fut la démonstration de la faiblesse morale et politique du pouvoir turc actuel. Il est fort possible que l’une des représailles économiques de la Russie soit dirigée contre l’agriculture turque, dont le marché russe constitue un débouché considérable.


Le potentiel de l’agriculture biologique en Russie

Pour se rendre compte du potentiel de l’agriculture biologique en Russie, il est utile de citer Boris Akimov, le charismatique co-fondateur de la coopérative de paysans bio LavkaLavka, qui regroupe une centaine de petits producteurs familiaux ou individuels et qui commercialise ces productions sur cinq magasins, un marché et un restaurant à Moscou, ainsi que sur un site de vente directe en ligne.

32dfa95f14e8804bb6fa75e30ee0b3cc

Boris Akimov déclare ainsi « notre but n’est pas de faire du business mais d’aider au développement de fermes bio. Selon moi, la Russie a un énorme potentiel dans ce domaine-là. Il y a des terres immenses, non cultivées depuis des années, sans pesticide ni traitement chimique. Ce sont 45 millions d’hectares de terres libres qui pourraient faire de la Russie la plus grande nation bio. Il n’y a pas d’autres pays qui aient autant de terres disponibles. »

Reste à Vladimir Poutine et au gouvernement russe d’apporter le soutien politique adéquat à ce renouveau agricole. En France, les jeunes qui s’installent depuis une quinzaine d’années en agriculture biologique et traditionnelle n’attendent plus l’aide de l’état depuis longtemps et entreprennent le plus souvent par eux-même, développant de très beaux modèles économiques et sociaux, supplantant de plus en plus le vieillissant modèle conventionnel.

Discret, mais puissant renouveau de l'agriculture paysanne chez les jeunes français depuis une dizaine d'années. L'Alsace est une région particulièrement dynamique dans ce domaine. Ici, Monsieur Fabrice Meyer, maraicher du Haut-Rhin et spécialiste de la traction animale. Avec l'essor grandissant du maraichage, de la viticulture, de l'elevage et même des céréales conduites en agriculture biologique, se développe de plus en plus la traction animale, extrêmement rentable et vertueuse.

Discret, mais puissant renouveau de l’agriculture paysanne chez les jeunes français depuis une dizaine d’années. L’Alsace est une région particulièrement dynamique dans ce domaine. Ici, Monsieur Fabrice Meyer, maraicher du Haut-Rhin et spécialiste de la traction animale. Avec l’essor grandissant du maraichage, de la viticulture, de l’élevage et même des céréales conduites en agriculture biologique, se développe de plus en plus la traction animale, extrêmement rentable et vertueuse.

En Russie également, le renouveau agricole chez les jeunes se base sur cette volonté de revitaliser le pays et les ruralités grâce à cette agriculture biologique et traditionnelle, saine, vertueuse, créatrice de richesse sociale et agronomique incomparable. Ainsi, les fondateurs de LavkaLavka ont lancé un vaste projet social à l’échelle du pays afin de relancer une agriculture biologique et naturelle dans les villages de Russie. Le projet Bolshaya Zelmja (La grand terre) vise précisément en cela, à  constituer à travers le pays « un réseau social de personnes actives, désireux de développer leur lieu de vie et de revitaliser le territoire, sans attendre l’aide de l’Etat. »

th_lavka1

Or, l’état russe travaille activement depuis quelques années à mettre en valeur les terres fertiles des parties extrême-orientales du pays. Ainsi, un projet de loi est en cours pour permettre la mise en exploitation de près de 30 millions d’hectares, soit à peu près la moitié de la superficie de l’Héxagone.

Ce média public russe nous apprend en effet que : « Le 24 juillet 2015, les autorités russes ont démarré une discussion publique afin d’élaborer un nouveau projet de loi. Ce dernier donnerait le droit, à chaque russe qui aménage en Extrême-Orient, à un hectare de terre qui lui serait attribué gratuitement pour 5 ans. Si le terrain est utilisé pour toutes activités qui ne violent pas la loi alors ce lieu deviendra la propriété de l’utilisateur. Si le terrain n’a pas été utilisé lors des 5 années, il sera confisqué. Les étrangers ne peuvent pas bénéficier de cette offre« .

Pendant ce temps, en France, on exproprie des familles de paysans pour construire des stades de football et on diminue drastiquement les aides à l’installation des jeunes agriculteurs, lesquelles sont absolument misérables en comparaison à nos cousins québécois par exemple, qui bénéficient de soutiens publics. En Mars 2015, le gouvernement socialiste avait annoncé une baisse de 25% des aides pour les agriculteurs bio, faute de budget.

Le modèle agricole français et européen continuera d’aller dans le mur, parce que ces pays sont dominés par des oligachies profondément anti-nationales. Mais il s’agit en France en particulier, d’un vrai problème structurel, d’une profonde inadéquation de la forme du régime politique français à l’anthropologie française traditionelle. Tant que la France n’aura pas retrouvé un gouvernement et un chef d’état véritablement catholiques et disposés à restaurer et défendre les souverainetés économiques, politiques et sociales, il y a peu de chances pour que ce modèle vertueux, paysan, écologique et familial ne trouve un véritable soutien politique. En attendant, une génération de jeunes paysans biologiques sont en train de poser les fondations de cette reconquête patiente.

Guillaume de Hazel pour Le Pays de Lichtenberg et Argentinat.

Toute reproduction du texte doit renvoyer vers la source


Sources :

Interdiction des OGM en Russie depuis Septembre 2015

24 Novembre 205 : L’UE autorise 19 nouveaux OGM

Page facebook de la Coopérative LavkaLavka

Renouveau du fromage russe

Quelques chiffres sur les conséquences économiques de l’embargo sur les exportations UE en Russie

Déclaration de Vladimir Poutine devant le Parlement Russe le 3 Décembre 2015

Article sur la coopérative bio LavkaLavka